Quantcast

Les sculptures de Martin Hill et Philippa Jones ne laissent aucune trace

En pleine nature, ces oeuvres éphémères disparaissent après avoir été prises en photo.

Beckett Mufson

Beckett Mufson

Martin Hill and Philippa Jones, Synergy. Images courtesy the artists

La photo ci-dessous est unique. Ce qu’elle représente n’existe plus et n’a existé que très peu de temps. Vous ne trouverez jamais où et vous n’aurez jamais les mêmes conditions météos. Bref, vous ne pourrez jamais refaire cette photo. Certes, c’est le cas de beaucoup de clichés mais c’est devenu une obsession pour Martin Hill et Philippa Jones qui depuis 23 ans sillonnent la nature pour créer des sculptures éphémères faites de ce qu’ils trouvent sur place. Une fois prise en photo, il ne reste plus rien. Aucune empreinte. Martin Hill et Philippa Jones sont comme des fantômes. 

Pour être tout de même sur de leurs existences, vous pouvez vous rendre dans les galeries où sont exposées leurs photos. De Pékin à la Nouvelle-Zélande, on les trouve partout, mais le plus simple est peut-être encore de trainer sur leur site. « J’ai été fait pour faire des installations en pleine nature. Le process est aussi simple que celui de la nature, c’est à nous de nous adapter, d’adopter un comportement durable. C’est ce que disent nos créations. » Explique Hill à The Creators Project. Une de leur dernières séries est une commande qui s’est vu réalisée sur les berges du lac Wanaka, en Nouvelle Zélande. De cette expédition, ils ont rapporté une douzaine de photos qui viendront trouver leur place dans le projet qu’ils travaillent depuis 15 ans : The Fine Line.

Découvrez tout cela ci-dessous : 

Martin Hill et Philippa Jones, Alpine Ice Cycle

Martin Hill et Philippa Jones, Rainforest Guardian

Martin Hill et Philippa Jones, Autumn Leaf Circle

Martin Hill et Philippa Jones, Ice Planet

Martin Hill et Philippa Jones, Antarctic Guardian

Martin Hill et Philippa Jones, Sunrise Circle

Retrouvez leurs travaux sur leur site.