Passion : peindre avec son propre sang

Quand il n’enseigne pas les rudiments de l’art au collège, Maxime Taccardi peint ses rêves avec son sang.

|
juin 16 2017, 2:31pm

Images publiées avec l'aimable autorisation de Maxime Taccardi.

Nous ne vous conseillons pas d'essayer de reproduire cela chez vous.

Dans le civil, Maxime Taccardi affiche un profil relativement ordinaire : professeur d'art dans un collège de la banlieue parisienne le jour, membre de groupes de metal le soir. Taccardi a aussi une autre passion : la peinture. Mais pas n'importe quel type de peinture : des peintures réalisées avec son propre sang. Une façon comme une autre de lier ses deux précédentes passion, en somme.

Le Français n'est évidemment pas inventeur du concept — des tas d'artistes ont déjà eu l'idée de peindre avec tout, sauf de la peinture. Et d'utiliser leurs propres fluides pour alimenter des installations sonores. Il a pourtant la particularité d'associer cette pratique avec le sujet de ses productions, souvent au service d'autres musiciens ou groupes de metal.

Quand il se met à l'ouvrage, Taccardi a une méthode très simple : il s'ouvre légèrement les veines, trempe délicatement le pinceau dans le sang et laisse libre cours à son imagination — comme on peut le voir dans le clip There is no God but Him réalisé pour l'un de ses groupes, K.F.R. « Ça n'a pas vocation à choquer, précise Taccardi, ce n'est même pas vraiment une méthode en soi. C'est le résultat final qui importe, je vois l'art comme une sorte de rituel, une conversation entre les esprits et la chair mortelle. »

Lors de ses études en art, Taccardi a d'ailleurs réalisé une thèse sur le concept de monstruosité et ce qui est considéré comme « anormal » dans une société « normale ». Comme il l'explique à Creators, son but est de créer un Gesamtkunstwerk : un concept allemand qui désigne une œuvre synthétisant plusieurs formes artistiques.

Celui qui se surnomme aussi « Priest of Terror » précise également que les images qu'il représente sont la plupart du temps issues de rêves : « J'essaie de créer des ponts entre la réalité et les rêves. Mes peintures au sang sont symboliquement liées à cette idée. » Des peintures qu'il cherche parfois aussi à traduire en musique.

Vous pouvez retrouver le travail de Maxime Taccardi en cliquant ici, ici ou .